topblog Ivoire blogs

27/11/2009

Troisième chapitre : La sécurité du croyant en Jésus-Christ

C’est donc Jésus qui est responsable et qui s’occupe de la présence de Satan et des démons; c’est donc à lui de contrôler leurs activités. Pourquoi passerions-nous notre temps à chasser des entités que Jésus permet qu’elles soient là… Non, ce n’est pas notre rôle. D’ailleurs, Paul, quand il fut affligé d’une écharde dans la chair, n’a pas non plus chassé de démon – II Corinthiens 12 : 7 à 9 : « Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir. Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi ». 


Comment aurait réagi Paul si une dizaine de croyants étaient venus le voir pour « chasser l’esprit de l’écharde »!? De plus, Dieu se sert souvent de la maladie (je parle toujours en fonction des croyants), pas pour que nous chassions des démons, mais souvent pour nous emmener à la repentance – Jacques 5 : 13 à 16 : « Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu’il prie. Quelqu’un est-il dans la joie? Qu’il chante des cantiques. Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile (ce peut être aussi l’onction de l’Esprit…) au nom du Seigneur; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns les autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière agissante du juste a une grande efficacité ». Oui, Dieu accomplit encore des miracles, des guérisons pour ses enfants (les croyants),  mais ce n’est pas en chassant des démons qu’on peut les obtenir. Voici ce que dit d’ailleurs notre frère W. Robert McAlister dans son  livre « Le dilemme », p. 67 (Éditions Vida): « C’est pourquoi vouloir chasser des « mauvais esprits de maux de tête » ou des « démons de maux d’estomac» est si dénué de sens. Satan doit certainement bien rire face aux jeux pratiqués par ceux qui tentent de guérir les malades en chassant des démons ». Toutefois, il convient de répéter que dans notre ministère d’évangélisation envers les païens, il est possible que le Seigneur nous demande de chasser des démons, qui les tiennent liés sous toutes sortes de jougs, y compris certaines maladies physiques et psychologiques, et cela en prévision de leur conversion. Mais après la nouvelle naissance, nous devons marcher comme la Bible nous l’enseigne, et que nous venons de voir plus haut – Jean 6 :28-29 : « Ils lui dirent : Que devons-nous faire, pour accomplir les œuvres de Dieu? Jésus leur répondit : L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé ».

 

        IL ne faut pas oublier non plus que la vraie vie de la foi n’est pas exempte de souffrances, d’épreuves ou de maladie…Nulle part dans le Nouveau Testament, on voit que la vie chrétienne offre une garantie de  vie à l’eau de rose, où nous pourrions écarter les difficultés par une sorte « d’action-talisman-quasi-magique », en l’occurrence en chassant des démons…La Bible nous invite plutôt à persévérer dans les souffrances, qui ne sont même pas supposées nous enlever la joie et la paix de Christ. – 1 Pierre 4 :12 et 19 : « Mes bien-aimés, ne trouvez pas étrange d’être dans la fournaise de l’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque chose d’extraordinaire…Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu, remettent leur âme au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien. ». Un autre passage nous donne un aperçu clair et complet de l’attitude à prendre dans notre combat spirituel de tous les jours – 1 Pierre 5 : 6 à 9 : « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable; et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde ».

 

        Il est toujours question de persévérance, de résistance, de s’en remettre totalement, pour toute chose et en tout temps, au Seigneur lui-même, qui nous a déjà promis et acquis la victoire – Jacques 1 :12 : « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation (ou affliction); car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment » -- Romains 8 : 38-39 : « Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » -- Romains 5 :3 : « Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance ». Aucune trace nulle part qu’il nous faut s’embêter avec les démons et les chasser; nous avons seulement à mettre toute notre confiance en Dieu : Romains 12 :12 et 21 : « Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière…Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien » -- 1 Corinthiens 10 :13 : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation, il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter » -- Philippiens 4 : 6 : « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces » -- Romains 8 :31 : « Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? »  – Luc 12 :4-5 : « Je vous dis, à vous qui êtes mes amis :Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus. Je vous montrerai qui vous devez craindre. Craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne; oui, je vous le dis, c’est lui que vous devez craindre ».

 

        D’ailleurs, dans l’ancien Testament, il y a  un livre qui illustre cela de façon tellement pertinente, le livre des Juges. Tout au long de ce livre, le Seigneur nous montre que lorsque les enfants d’Israël tombaient dans le péché, la désobéissance , la rébellion, l’idolâtrie, Dieu se servait de ses ennemis pour les attaquer, les écraser, les humilier, afin qu’ils reviennent à Lui. Sous la nouvelle Alliance, c’est la même chose, sauf qu’au lieu d’un ennemi terrestre et visible, il s’agit d’un ennemi céleste et invisible. Mais le principe demeure le même. Dieu donnait toujours à Israël, après repentance et supplication, une victoire surnaturelle; et nous,  nous avons notre victoire dans l’œuvre accomplie par Jésus-Christ à la croix. Alors, ces doctrines et ces usages généralisés, en rapport avec « la chasse aux démons », et qui n’ont pas de fondement biblique sûr, seraient-ils, au dire même des apôtres, des « doctrines de démons », des enseignements de  faux prophètes, de faux docteurs!?

 

        Comment expliquer que des pasteurs appartenant à des milieux évangéliques traditionnels aux États-Unis (ou ailleurs dans le monde) aient aussi adopté et enseigné cet usage général de chasser les démons chez des croyants (comme c’est le cas dans beaucoup de mouvements charismatiques)? C’est la même chose que pour toutes les doctrines et usages non scripturaires qui se sont développés dans l’Église au cours des siècles : c’est ce qui arrive lorsque nous fondons des raisonnements et des doctrines à partir de ce que nous voyons et observons sur le coup, de ce qui se passe, et de ce que l’on en déduit, au lieu d’à partir des Écritures. Par exemple, nous savons que pour n’importe quelle église , il y a toujours eu des gens qui en faisaient partie d’une manière assidue mais qui n’étaient pas nés de nouveau. Combien de témoignages avons-nous lus ou entendus, de la part de gens qui confessent avoir fait partie d’une congrégation chrétienne et s’y être impliqués pendant des années, voire des dizaines d’années, pour s’apercevoir un moment donné qu’ils n’étaient pas nés de nouveau, qu’ils n’avaient jamais eu d’expérience personnelle avec Jésus-Christ. Ces gens étaient souvent de « braves et bonnes gens » (humainement parlant) aux yeux de l’Église, semblaient être de bons chrétiens au yeux de tous et mener une vie sainte. Leur famille faisait partie de l’Église depuis des générations, et eux suivaient l’exemple et le mode de vie de leurs parents, en faisant partie de l’organisation sociale et religieuse de l’Église.

 

        Mais ces gens n’étant pas nés de nouveau, il n’est pas impossible qu’ils puissent être liés par des démons, surtout si des portes ont été ouvertes dans ce sens par le passé, consciemment ou non... Il y a aussi des gens qui affichent un cheminement très long et très lent, avant de réellement se convertir; ils peuvent aller à l’église pendant un bon laps de temps (même des années) avant de recevoir Jésus dans leur cœur…Il y a des gens aussi qui vont à l’Église pour d’autres buts que la conversion elle-même (acceptation sociale, amis, ambiance, réconfort, religiosité, etc.)… Il y a aussi les faux circoncis envoyés par l’ennemi lui-même…Et comme il arrive souvent que les pasteurs et les anciens de l’Église croient que ces gens sont chrétiens, s’il leur arrive d’être agressés par des démons, qu’on les chasse au nom de Jésus et que cela marche, on en déduit que les chrétiens peuvent aussi être possédés de démons et qu’ils faut les chasser…Alors qu’en réalité ils ont chassé des démons de personnes qui n’étaient pas réellement, ou encore chrétiennes. Ce n’est pas parce qu’une personne va dans une église qu’elle est chrétienne. Ce n’est pas nécessairement parce qu’une personne se dit ou se croit chrétienne qu’elle l’est pour autant…Ce n’est pas parce que nous pensons qu’une personne est chrétienne qu’elle l’est véritablement…Toutes ces personnes sont susceptibles d’être la proie d’un démon, surtout si elles ont ouvert à un moment de leur vie des portes à cet égard ; mais cela ne survient toujours qu’avant la nouvelle naissance. C’est tellement important que nous demeurions attachés à la Parole de Dieu et que nous fondions nos croyances sur elles, en nous soumettant, pour le reste, au discernement de l’Esprit.

 

        Citons encore le frère McAlister  (Le dilemme p.71) : « Quand un conflit existe entre la Parole de Dieu et l’expérience personnelle, cela signifie que nous avons mal interprété l’expérience.  Il vous est peut-être aussi arrivé de lire au sujet de « certaines parties de votre vie non-consacrées » qui peuvent être possédées par de mauvais esprits. Mais tout cela n’a aucun sens. Ces parties de votre vie qui ne sont pas consacrées sont des régions enténébrées qui doivent être confessées et abandonnées. Satan les aime et  s’en amuse; mais ceux qui voudraient les attribuer à des démons ne font que rechercher des chemins faciles pour éviter de prendre leur croix ».

 

        D’un autre côté, si nous rencontrons de vrais croyants qui sont clairement aux prises, pour quelques raisons que ce soit, avec une oppression satanique (de l’extérieur), nous devons nous tourner vers le Seigneur et le prier qu’Il nous en montre la cause (péché tenace, désobéissance, orgueil, amertume, rébellion, retour en arrière, occultisme, etc…). Nous devons demander à Dieu qu’Il leur accorde la repentance, la confession et la délivrance, afin qu’ils soient ramenés dans sa paix et sa justice, selon sa volonté parfaite, sa souveraineté et sa connaissance de toutes choses. Si le Seigneur, par le véritable et biblique discernement de l’Esprit, nous montre qu’un croyant est harcelé et tourmenté (de l’extérieur) par une force maléfique de l’ennemi, nous devons alors agir envers lui de la façon et avec les paroles (de connaissance, de sagesse et de foi) que nous donne sur le moment l’Esprit de Dieu. Nous devons nous laisser conduire totalement par l’Esprit et faire ce qu’il nous demande de faire, y compris de demander à Jésus d’écarter cette puissance maléfique, dans ces cas très particuliers et spécifiques, afin que le croyant puisse recevoir dans la tranquillité le pardon, la guérison et la bénédiction de Dieu (ceci est en accord avec cette partie du « Notre Père » : « …Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin… » -- Matthieu 6 :13). Mais il doit toujours y avoir  un contenu de repentance et de confession, sinon ça devient « une passe magique de délivrance  »!  Nous voyons donc qu’un ministère réel de délivrance n’a rien à voir avec la « manie généralisée » de chasser les démons continuellement et de façon routinière, avec la formule automatique « dans le nom de Jésus ». Les ministères doivent être opérés avec le concours des dons spirituels (charismes), et dans la fidélité à la Parole de Dieu. Une bonne façon de comprendre la dynamique du vrai combat spirituel est de lire le Psaumes 35 (prière de David contre ses ennemis), en remplaçant le mot « hommes »  (ennemis terrestres du « royaume terrestre » d’Israël)  par « Satan et ses soldats », qui sont nos ennemis réels sous la Nouvelle Alliance, qui est un Royaume spirituel. 

Les commentaires sont fermés.