topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

24/02/2010

Dieu abandonne-t-il celui qui est tombé?

Premier chapitre : Affirmations bibliques claires

Éphésiens 2 : 8-9 : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » Si on reçoit le salut par grâce, est-ce qu’on va le conserver ensuite par la grâce de Dieu ou par nos œuvres et nos efforts? Le salut est-il par grâce seulement à la nouvelle naissance, ou est-ce qu’il l’est pour toujours, peu importe ce qui peut nous arriver de fâcheux, ou dans quels panneaux nous pouvons tomber lors de notre cheminement parfois si difficile?


« Mais Dieu, qui riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus vivants avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés); il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, (c’est fait, c’est réglé!) afin de montrer dans les siècles à venir l’infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ » (Éphésiens 2 :4 à 7). Si nous commençons la vie chrétienne par la grâce, est-ce que nous allons ensuite la continuer ou la finir avec notre propre force, notre propre volonté, notre propre dignité, notre propre fidélité, nos propres mérites? Galates 3 :2-3 et 5 : « Voici seulement ce que je veux apprendre de vous : Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi? Êtes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair? Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi? » Romains 3 : 23-24 : « Car tous ont péchés (les païens comme les chrétiens) et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce (au moment de la nouvelle naissance et après), par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. »

 

La Bible affirme donc que nous sommes gratuitement justifiés, non seulement à la nouvelle naissance, mais aussi durant le reste de notre pèlerinage ici-bas, même si celui-ci est parfois très cahoteux, pour ne pas dire souvent misérable. Romains 6 : 23 : « Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » Est-ce que la position du croyant dépend de sa propre condition spirituelle au cours de sa vie, ou dépend plutôt uniquement de l’œuvre entière et parfaite accomplie une fois pour toutes par Jésus-Christ à la croix? Romains 8 :1 : « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ ». Cela vaut-il seulement pour le croyant qui « se conduit bien », ne démontre pas de « gros péchés extérieurs », et ne tombe pas dans le désert de la faiblesse et du découragement, ou cela vaut-il aussi pour le croyant qui tombe, devient affaibli et pratiquement sec, se fait séduire par le péché, sombre dans l’incrédulité et le chaos pour un bon moment? Le salut reçu de Dieu serait-il conditionnel à notre conduite et à notre fidélité, ou plutôt serait basé sur la seule fidélité de Dieu? -- Marc 10 :18 : «… Il n’y a de bon que Dieu seul » -- Romains 5 :1 : « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ ». – 2 Timothée 2 : 13 : « …Si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même ». -- Jean 3 :16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle »… Juste pour un bout de temps? À condition que? Dépendamment de la conduite du croyant?  -- Colossiens 1 : 12 à 14 : « Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière; il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption (en attendant de voir ce que nous ferons ou pour toujours?), le pardon des péchés. » -- 2 Corinthiens 5 :17-18 : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ (mais seulement à condition qu’on soit fidèle par la suite!?), et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. » -- 1 Jean 4 :9-10 : « L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu (que ce soit avant ou après la nouvelle naissance), mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés (tous ceux commis avant et après la nouvelle naissance).» Il ne faut pas oublier que pour nous, enfants de Dieu, tous nos péchés sont couverts par le sang de Jésus : ceux d’hier, d’aujourd’hui et de demain… Tous les péchés non confessés, pour lesquels nous n’avons pas encore « accepté » la repentance accordée par le Saint-Esprit, nous prive de la « communion » avec Dieu (et avec les hommes), et non pas de la « filiation » avec Dieu, qui demeure notre Père éternel.

 

Jean 1 :12-13 : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » Si la nouvelle naissance ne dépend aucunement de l’homme mais seulement de Dieu, est-ce que l’issue de la vie chrétienne ne dépendra-t-elle pas aussi seulement de la grâce et de la fidélité de Dieu? Et si par la nouvelle naissance, nous devenons enfants de Dieu, Dieu serait-il un mauvais Père, comme beaucoup d’hommes le sont sur la terre? Dieu prendrait-il la peine d’adopter des enfants, pour ensuite les abandonner et leur enlever leur statut et leur héritage, « parce qu’ils ne se conduisent pas à son goût, ne font pas ce qu’Il veut, ou abandonnent le bon chemin »!? -- Jacques 1 :16 à 18 : « Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés : toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures » -- 1 Corinthiens 15 :50 :  « Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité ». Il est clair que la nature humaine par elle-même, même avec toute la bonne volonté et la religiosité dont elle peut disposer, ne peut rien recevoir ni rien garder de ce qui provient du Royaume des cieux, « car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut » (Jean 5 :21). « Sans moi, vous ne pouvez rien faire », dit Jésus (ni avant ni après la nouvelle naissance).

 

Éphésiens 1 :11 à 14 : « En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant le plan de celui qui opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté, afin que nous servions à célébrer sa gloire, nous qui d’avance avons espéré en Christ. En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, pour célébrer sa gloire. » -- 1 Jean 3 :1 : « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu ».

 

1 Jean 5 : 9 à 13 : « Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand; car le témoignage de Dieu consiste en ce qu’il a rendu témoignage à son Fils. Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu’il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils. Et voici ce témoignage, c’est que Dieu nous a donné la vie éternelle , et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu ». Que diriez-vous de quelqu’un qui viendrait vous voir et qui, connaissant votre grand besoin, vous donnerait une auto, mais qu’en partant rajouterait ceci : à condition que tu la conduises comme il faut (ou comme je le veux)? Ou de quelqu’un qui vous donnerait un cadeau tout en ajoutant qu’il vous l’enlèvera si vous n’êtes pas gentil? Ce ne sont pas là du tout des dons, mais plutôt des prêts conditionnels, comme lorsque les banques nous prêtent de l’argent… Dieu est-il ainsi? Quelqu’un qui donnerait quelque chose de « gratuit », mais qui nous l’enlèverait si nous « chutons »? « Car sept fois le juste tombe, et il se relève » (Proverbes 24 :16a). Le salut serait-il un « prêt conditionnel »? La Parole de Dieu pourtant n’abonde pas dans ce sens : Jean 6 : 39-40 et 47 : « Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde aucun de tous ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour…En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle ». -- Jean 10 : 27 à 29 : « Mes brebis entendent ma voix; je les connais et elle me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. » -- Romains 5 :1 et 8 :30 : « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ…Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. »

 

D’ailleurs, dans le Psaumes 51 au verset 14, David ne dit pas : « Rends-moi ton salut », mais plutôt « Rends-moi la joie de ton salut… ». On peut perdre la communion avec Dieu à maintes reprises, et on peut même la perdre pour une période très longue, mais la Bible affirme clairement, comme nous venons de le voir, que le salut est gratuit, inconditionnel, éternel, sans appel. Nous devons baser notre enseignement sur les versets et passages qui sont tout à fait clairs dans la Bible, et non pas sur quelques passages plus nébuleux, ou compliqués à comprendre, et qui semblent même entrer en contradiction avec les énoncés « définitifs » qui viennent d’être cités. Car Dieu ne se contredit jamais. Il n’y a pas de contradictions réelles dans la Bible; elles ne sont qu’apparentes. Dieu ne peut pas dire une chose à un endroit, puis un peu plus loin, dire le contraire.

 

La théorie voulant que les croyants peuvent perdre le salut reçu de Dieu provient de plusieurs facteurs : d’abord, elle provient de quelques passages seulement de la Bible, mal compris ou pas compris du tout, souvent sortis de leur contexte immédiat, mais également sortis du contexte « global » de toute la Bible. Car toute la Bible est basée et nous dirige sur une évidence simple et entière : Dieu nous donne la vie éternelle par Jésus, et cela n’a rien à voir avec ce que nous sommes ou faisons, que ce soit avant ou après la nouvelle naissance (de toute façon, à la nouvelle naissance, Dieu sait déjà tout ce que nous allons faire!). Notre conduite a une influence sur notre bien-être ici-bas et celui des gens qui nous entourent, sur notre communion avec Dieu, sur la réalité de porter ou non du fruit dans la moisson du Seigneur ici-bas, et sur les récompenses à recevoir au ciel… Mais pas sur le salut reçu de Dieu, sinon, une grande partie de la Bible s’écroule… Il faut toujours faire une différence entre le salut de position, qui ne peut changer (j’ai la vie éternelle de façon définitive par l’adoption de Dieu en Jésus), et le salut de condition, qui est l’état spirituel changeant au cours de notre pèlerinage terrestre. Deuxièmement, la théorie de la perte du salut pour les croyants provient de ce qu’on tire des conclusions à partir de ce qui se passe chez certaines personnes : des croyants (supposés?) qui abandonnent l’Église (en particulier notre groupe!), qui retombent dans une vie de péché, ou qui tombent aux mains de sectes (même chrétiennes), ou qui retournent dans le monde, etc. … Mais est-ce qu’on a raison de fonder nos conclusions et nos doctrines sur le va-et-vient parfois déroutant de la masse de gens qui passent dans nos églises? Le faire, c’est quasiment être sûr de se tromper, car la situation spirituelle intérieure de beaucoup de gens est très difficile à discerner. Nous verrons cela dans un prochain chapitre.

Michel C.

Commentaires

Salut frère Michel, tes paroles sont très rassurantes et édifiantes; cependant j'ai des question à te poser: est ce que le fait que tout les trésors de la sagesse et de la science se trouvent en Christ signifie que nous allons obtenir la connaissance de tout les trésors de la sagesse et de la science par la présence de Christ en nous ? Par ailleurs j'ai établi cette thèse: nous avons le Fils qui a la vie en lui même; cependant, il n'y a que le Saint-Esprit et notre esprit à l'intérieur de notre corps, puisque le Saint-Esprit n'est pas le Fils que nous avons et qui a la vie en lui-même, notre esprit est le Fils que nous avons et qui a la vie en lui même; en effet notre esprit est Fils de Dieu et a la vie en lui-même."Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.(Jean 6: 54). Est ce que cette thèse est juste? Merci de répondre à ces deux questions, cela contribuera à l'édification, merci d'avance, et que Dieu vous éclaire.

Écrit par : Essama | 16/06/2012

Les commentaires sont fermés.