topblog Ivoire blogs

04/05/2010

Que faire lorsqu’un frère m’a offensé ?

La vie en communauté n’est pas toujours harmonieuse comme nous le souhaitons. Il arrive souvent que les relations entre les différents membres d’une même communauté se détériorent. Certains frères ou sœurs sont outragés ou scandalisés par d’autres, et ne savent généralement pas comment rétablir la communion. Que doit-on faire lorsqu’un frère nous a offensés ?

Lire la suite

01/05/2010

Chrétiens indépendants ou "papillons"

4l100ycl.gifNous voyons aujourd’hui dans le milieu chrétien un nouveau phénomène qui est en train de prendre de l’ampleur : le phénomène de chrétien indépendant. Ces personnes se réclament du corps du christ, de l’Eglise Universelle et affirment ne pas faire partie d’une communauté chrétienne locale. Ces chrétiens avouent vouloir bénéficier de tous les ministères. Aussi disent-ils, ils ne veulent pas se laisser emprisonner par une communauté locale. Ainsi nous apercevons dans les églises aujourd’hui, des chrétiens disparaitre et réapparaitre sans savoir d’où ils viennent et quelles sont leur motivation. Cette façon de faire est-elle biblique ? Ne courent-ils des dangers, tous ceux qui se réclament être indépendants ?

 

Lire la suite

30/04/2010

Malheur aux bergers qui dispersent le troupeau de mon pâturage

2474926133_326a97bed9.jpgSelon le dictionnaire, le berger c’est celui qui garde les brebis, le troupeau. Durant son ministère terrestre, notre Seigneur Jésus-Christ s’est présenté comme un berger, le vrai berger venu pour donner la vie aux brebis, aux hommes qu’il considère comme le troupeau du pâturage de l’éternel. Jésus s’adressant aux juifs a déclaré dans Jean 10.11 Moi je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. A travers cette déclaration, Jésus fait ressortir une vérité capitale ; celle de l’existence de bons bergers mais aussi de mauvais bergers. Dans l’ancien testament, nous voyons l’éternel se plaindre de mauvais bergers, Ezekiel 34.1-6 1 La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots:

2 Fils de l’homme, prophétise contre les pasteurs d’Israël! Prophétise, et dis-leur, aux pasteurs: Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Malheur aux pasteurs d’Israël, qui se paissaient eux-mêmes! Les pasteurs ne devaient-ils pas paître le troupeau?

3 Vous avez mangé la graisse, vous vous êtes vêtus avec la laine, vous avez tué ce qui était gras, vous n’avez point fait paître les brebis.

4 Vous n’avez pas fortifié celles qui étaient faibles, guéri celle qui était malade, pansé celle qui était blessée; vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue; mais vous les avez dominées avec violence et avec dureté.

5 Elles se sont dispersées, parce qu’elles n’avaient point de pasteur; elles sont devenues la proie de toutes les bêtes des champs, elles se sont dispersées.

6 Mon troupeau est errant sur toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées, mon troupeau est dispersé sur toute la face du pays; nul n’en prend souci, nul ne le cherche.

Lire la suite

28/04/2010

Pourquoi tant de fléaux dans le monde ?

Du nord au sud, de l’est à l’ouest, le constat est le même ; le monde va mal. Lorsque nous parcourons les continents et les nations, nous entendons parler de guerres et de bruits de guerres, une nation s’élève contre une autre nation, un peuple contre un autre peuple. Par endroit, on parle de tremblements de terre, de changement climatique avec ses conséquences, sècheresse et inondation. Ailleurs, il est question de la famine, du SIDA, ou de certaines pandémies ou épidémies naissantes qui déciment les populations. Malgré les différents sommets organisés pour trouver des solutions à ces différents fléaux, la situation demeure inchangée. Plus, elle s’empire.

Qu’arrive-t-il donc à notre monde ? Pourquoi tant de fléaux ? Et quelles solutions pour sa restauration ?

Répondre à ces différentes interrogations nous amène à déterminer les origines de nos maux en situant les responsabilités et à fournir les solutions pour un monde en bonne santé.

Lire la suite

18:55 Publié dans Exhortation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fléau, monde

27/04/2010

Martyrs à cause de la foi

couronne.jpgLes turcs exigent de 40 chrétiens arméniens qu’ils abjurent leur foi en Jésus -Christ. Ils répondent : " Ceci est impossible parce qu’il est le Roi des rois ; il est notre tout ; nous ne pouvons pas le renier."

On leur promet une forte récompense, des richesses, de l’honneur. Mais ils disent :  "Et si vous nous donner le monde entier, nous ne renierons pas notre foi. " Puis on les conduit hors du village. Le froid était intense. On les fait ranger sur une ligne, les déshabille et à quelques mètres de là on allume du feu. On leur dit qu’ils pourraient aller s’y chauffer s’ils abjuraient le Christ mais ils refusent. Alors on les trempe l’un àprès l’autre dans de l’eau glacée, puis les fait se remettre en rang. Les turcs étaient persuadés que maintenant, sûrement, ils abjuraient leur foi. Mais ils prièrent : « Merci, ô Dieu pour ce grand honneur. »

L’officier turc qui les surveillait, était très étonné et a dit plus tard : « ces hommes souffraient et pourtant ils s’encourageaient à persévérer, parlant d’une couronne de vie qui serait leur part. » Soudain, l’un des 40 tombe à terre et meurt. Les yeux spirituels de l’officier ont été ouverts et il a vu le Christ tenant à la main une couronne qu’il pose sur son front. Les autres mouraient à leur tour, et pour chacun le Christ avait une couronne de vie. Après avoir apporté 39 couronnes, et qu’il est venu avec la 40ème, le Christ hésite un instant, puis s’en retourne. L’officier en a été très étonné ; il y avait 40 chrétiens et pourtant 39 couronnes seulement. Pour comprendre, il compte les cadavres et il n’y en avait que 39. Il cherche le 40ème chrétien et le trouve assis près du feu. "Insensé ", cria-t-il, "J’ai vu moi-même que votre foi était la vraie et toi, tu la renies ? "

Profondément troublé, le Turc se rendit chez son gouverneur pour lui raconter l’histoire. Il déclare que lui aussi croyait maintenant au Christ. Immédiatement l’ordre a été donné de le tuer. Il pria et a demandé la 40ème couronne.

Quant au chrétien qui avait renié sa foi, il était devenu fou.

F. HEILER

Ne ratons pas l'essentiel

Oh bien aimé, dans cette marche bien parfois périlleuse que tu connaitras , sache que Christ tient ta couronne. L’essentiel pour toi, c’est de remporter la course malgré tout ce qui adviendra. Oui, des situations difficiles, tu en trouveras sur ton chemin . D’autres viendront à blesser ton cœur et à troubler ton âme au point où tu te demanderas s’il est toujours avec toi. Mais quand viendront ses épreuves, rappelles toi de ce qu’il a dit : Moi, Dieu, je ne t’abandonerai jamais, je ne te délaisserai point josué 1:5 et dis tout simplement : " Merci, ô Dieu pour ce grand honneur, celui de souffrir comme tu as souffert ."

Pour moi comme pour vous chers frères et sœurs, la mort nous est un gain car elle nous permettra d’aller récupérer nos trésors amassés dans le royaume de notre père et de recevoir notre couronne.

Verset à méditer: Jacques 1:12 " Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation; car après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de  vie que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment ."

Que le Seigneur vous bénisse.

 

24/04/2010

Comment résister à la tentation de Satan

Genèse 3.1-7 1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? 2 La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. 3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. 4 Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; 5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

6 La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. 7 Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures.

Lire la suite